Conseils pour la prise en charge des personnes décédées avec un coronavirus suspecté ou confirmé (COVID-19)

Nous sommes actuellement dans une période de transmission communautaire soutenue du coronavirus (COVID-19). Ces conseils concernent les décès suspects ou confirmés liés au COVID-19. Lorsque d’autres causes de décès sont clairement connues et que les caractéristiques correspondent uniquement à cette cause connue, les soins apportés au défunt doivent suivre les pratiques de gestion habituelles. Lorsqu’il n’est pas possible de déterminer si COVID-19 est suspecté, les personnes qui entrent en contact étroit avec la personne décédée (moins de 2 mètres) doivent supposer qu’une infection par COVID-19 peut être présente et prendre en compte les précautions décrites ci-dessous.

Veuillez noter que

En cas de conflit entre la législation applicable (y compris la législation sur la santé et la sécurité) et ces orientations, la législation applicable prévaut.

Principes généraux

Ces conseils sont destinés à aider les personnes qui doivent gérer les corps de personnes décédées pendant la pandémie COVID-19. Pour plus d’informations, vous pouvez nous contacter sue le site centrefuneraire.ville-orange.fr . Ces conseils ont été élaborés pour garantir que :

Les personnes décédées soient traitées avec sensibilité, dignité et respect

  • Les personnes qui doivent entrer en contact avec le défunt ou qui travaillent dans des services de soins aux défunts sont protégées contre l’infection
  • Les orientations sont en cours de révision et peuvent être mises à jour en fonction de l’évolution de la situation, le cas échéant. Il existe des lignes directrices distinctes pour les entrepreneurs de pompes funèbres et autres personnes sur la manière de gérer des funérailles pendant la pandémie COVID-19.
Prise en charge décès COVID-19

Ce que vous devez savoir

  • les personnes qui gèrent un décès dans le cadre de soins secondaires
  • les médecins généralistes (GP) qui gèrent un décès en dehors d’un établissement de soins
  • les membres du public qui identifient un décès dans la communauté
  • le personnel des établissements de soins résidentiels, y compris les maisons de soins et les hospices
  • les premiers intervenants qui gèrent un décès dans la communauté
  • les personnes impliquées dans le transport du défunt
  • les entrepreneurs de pompes funèbres et autres personnes chargées de gérer un décès dans la communauté, y compris celles qui organisent le transport des personnes en deuil
  • ceux qui participent ou soutiennent des pratiques de foi et de croyance qui impliquent un contact étroit avec le défunt
  • ceux qui organisent le transport aller et retour d’un enterrement

Il existe également des directives détaillées pour aider le personnel (coroners, opérateurs de morgue, pathologistes, technologues en pathologie anatomique, médecins, directeurs de pompes funèbres et embaumeurs et leur personnel) et les bénévoles ayant reçu une formation appropriée qui s’occupent des personnes décédées dont l’infection par COVID-19 est suspectée ou confirmée. Bien que le risque de transmission infectieuse soit plus faible que pour les patients vivants, des mesures doivent être prises pour atténuer ce risque.

Dans certaines communautés, les corps des personnes décédées sont pris en charge par des bénévoles dûment formés. Les volontaires qui font partie d’un groupe cliniquement vulnérable ou extrêmement vulnérable ne doivent pas s’occuper des corps décédés. Les précautions standard de contrôle des infections (SICP) et les précautions basées sur la transmission (TBP) doivent être utilisées pour garantir des méthodes de travail sûres lors de la manipulation des personnes décédées, y compris des précautions supplémentaires pour les procédures de génération d’aérosols (AGP). Ces conseils doivent être lus conjointement avec :

Partage d’informations

Il est essentiel que les professionnels non cliniques qui s’occupent du défunt soient informés si celui-ci présente un risque d’infection, afin qu’ils suivent les conseils appropriés de contrôle des infections, notamment en ce qui concerne les procédures de génération d’aérosols (AGP) qui peuvent être entreprises par un entrepreneur de pompes funèbres et d’autres personnes.

About The Author

Reply